Friday, 19 August 2016
















EST CE VRAIMENT LA BONNE PERSONNE?


Le mariage ne fait plus rêver… Surtout quand on sait que trois sur quatre se soldent par un divorce. Il fait peur au contraire. Beaucoup de jeunes adultes actuels ont des parents divorcés et ils n’ont pas envie de reproduire leur échec. Ils ne veulent pas revivre le traumatisme, la tristesse, la déception, les dettes et toutes les galères administratives liées à la rupture de ce lien pourtant sacré aux yeux de Dieu. On préfère donc le concubinage ou le Pacs, jugés bien moins contraignants en cas de séparation. Ces deux dernières options sont bien évidemment à exclure pour les chrétiens puisque le Seigneur n’autorise la vie conjugale que dans le cadre du mariage. D’où l’impatience de beaucoup à franchir ce cap… Mais soyons honnêtes, l’impatience n’a jamais été un fruit de l’Esprit. Et en l’occurrence, elle révèle surtout le désir de satisfaire sa chair. Aveuglés par leurs pulsions et leurs sentiments, nombreux sont ceux qui entrent dans le mariage pour y trouver le malheur ou lieu du bonheur attendu. Résultat : alors que Dieu hait la répudiation (Malachie 2 :16), le divorce est devenu monnaie courante parmi les chrétiens.  Pourtant, cette catastrophe aurait pu être évitée si on avait pris en considération quelques signes alarmants.

ÊTES-VOUS PRÊT (E) ?

Avant toutes choses, il convient de s’ interroger : Suis-je prêt (e) à me marier ? Pour quelle raison je veux me marier ? Je sais que les plus spirituels vont dire que c’est pour accomplir la volonté de Dieu. C’est bien. Mais ce n’est pas un péché d’admettre que vous vous sentez seul et que vous ressentez le besoin d’avoir quelqu’un à vos côtés. C’est un besoin normal, il n’y a pas de quoi rougir.
 « Deux valent mieux qu’un, car ils ont un meilleur salaire de leur travail. Même si l’un des deux tombe, l’autre relèvera son compagnon ; mais malheur à celui qui est seul ; parce qu’étant tombé, il n’aura personne pour le relever. » Ecclésiaste 4 :9-10.


l faut cependant savoir que le fait de vouloir se marier (pour faire la volonté de Dieu ou tout simplement la sienne – n’est-ce pas ? -), ne veut pas nécessairement dire que vous êtes prêt à vous marier. Le mariage ce n’est pas seulement le feu vert pour avoir enfin des relations sexuelles, c’est aussi et surtout un engagement qui implique énormément de responsabilités. Le mariage est bien plus qu’un simple lien, c’est un joug.

emme, et il dit : A cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et les deux ne seront qu’une seule chair ? Ainsi ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Que l’homme donc ne sépare pas ce que Dieu a mis ensemble sous un joug » Matthieu 19 :4-6.
Le joug est une pièce de bois servant à atteler ensemble deux animaux de trait qui se retrouvent ainsi contraints d’avancer côte à côte et dans la même direction. Vu sous cet angle, le mariage parait beaucoup moins attrayant non ? En effet, quand on attèle les animaux sous un joug c’est pour leur imposer de labourer la terre. Ainsi, en utilisant ce terme, le Seigneur a voulu nous faire comprendre qu’il y a aussi une œuvre à accomplir derrière tout mariage qu’il suscite (voir article Le mariage : fantasmes, réalités et véritable vocation).
 Regardez cependant ce que le Maître dit dans ce verset : « Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car JE SUIS doux et humble de cœur ; et vous trouverez le repos pour vos âmes. Car mon joug est doux et mon fardeau est léger. » (Matthieu 11 :29-30). Il y a joug et joug… Celui du mariage peut être doux et agréable si chacun des époux partage aussi le joug du Seigneur en mettant soigneusement en pratique toutes ses instructions.
Celui qui veut se marier doit comprendre qu’en devenant un, tout ce qu’il fera, en bien ou en mal, aura une conséquence directe sur son conjoint (et bien entendu sur les enfants). Si l’un monte, l’autre monte. Si l’un descend, l’autre descend. Si l’un va à droite ou à gauche, l’autre le suit. Pour que la marche soit harmonieuse, il faut s’être entendu à l’avance sur le chemin à prendre. Or ce chemin doit être Christ (Jean 14 :6). Mais s’il n’y a pas d’entente là-dessus, chacun voudra aller de son coté, chose que le joug ne permet pas. Résultat : on n’avance pas, on ne fait que trébucher, tomber et s’étrangler. Ce sera un perpétuel combat qui finira par causer un trouble qui ne pourra nullement être réglé, ni même apaisé, par un rapport sexuel. Alors si vous n’êtes pas prêt à endosser une telle responsabilité, vous n’êtes pas prêt pour le mariage. Réfléchissez bien, ne prenez pas le risque de partager le joug d’une personne qui vous tirera constamment vers le bas. Analysez-vous aussi. Si vous constatez que vous êtes encore immature, égoïste, et lié à un tas de péchés, arrangez d’abord votre vie et n’allez pas imposer vos vils fardeaux à autrui. Au moins vous n’aurez à répondre devant Dieu que de votre propre vie.
« Ne soyez pas séduits : Les mauvaises compagnies corrompent les bonnes mœurs. » 1 Corinthiens 15 :33.
Supposons à présent que vous soyez réellement prêt (e) pour le mariage et que vous ayez ce projet avec quelqu’un. Voici quelques indiques qui devraient vous alerter.
 
 A SUIVRE...........

1 comment:

  1. Si vous avez des questions, ou un commentaire a ajouter pour l'edification de tous sentez vous libre de le faire, vous pouvez sauvez une vie....Soyez benis au nom de JESUS

    ReplyDelete